Le cri de Bellone

Publié le par Musée municipal de Sedan

Auguste Théâtre, "Bellone", signé en bas à gauche "A.Théâtre, Sedan, 1915", gouache sur papier, H . 38,4 ; L. 50,4 cm, N°INV 824, collection Musée municipal de Sedan © KL / Musée municipal / Ville de Sedan

Auguste Théâtre, "Bellone", signé en bas à gauche "A.Théâtre, Sedan, 1915", gouache sur papier, H . 38,4 ; L. 50,4 cm, N°INV 824, collection Musée municipal de Sedan © KL / Musée municipal / Ville de Sedan

La guerre s’abat sur le pays sedanais comme la rage s’empare de cette Bellone, qui voit ses terres brûlées par l'ennemi. L'auteur de cette gouache est Auguste Théâtre, alors professeur de dessin au collège Turenne et futur conservateur du Musée municipal dans les années 1930. Ce très beau dessin est un intéressant témoignage de ce que pouvaient ressentir les civils touchés directement par les désastres de la guerre.

Ce dessin est daté de 1915 mais reprend un épisode du début de la guerre, fin août 1914, lorsque les Allemands incendient sur leur passage les villes et les villages des Ardennes. Ici, Donchery, qui sera en grande partie détruite, brûle au loin, comme Givonne et le quartier du Fond de Givonne à l'entrée de Sedan, où l'église Saint-Étienne devient une ruine et sera particulièrement représentée sur des cartes postales comme témoignage de la barbarie allemande.

En 1915, Auguste Théâtre, sans doute déjà très touché par la vie difficile dans Sedan du fait des réquisitions et des humiliations subies par les civils de la part de l'occupant, est en colère et représente ses émotions à travers cette allégorie de profil, qui est un mélange de Bellone, déesse de la guerre, et d'une gorgone, Méduse avec ses serpents, qui surgissent de ses cheveux roux. Son cri intensifié par ceux des serpents et du dragon doré de son casque, dans le mouvement de sa chevelure et d'une branche de laurier, ses sourcils froncés, semblent appeler à la vengeance. Les tons rouges et orangés des couleurs utilisées par Auguste Théâtre renforcent la violence de l'incendie qui embrase le ciel et la Meuse rouge évoque le sang versé.

Auguste Théâtre est également l'aquarelle esquisse du monument aux morts de 1914-1918 de Sedan.

Publié dans 1914, Dessin, Musée Sedan

Commenter cet article